Solyto tricar, le Ape made in Lyon

Solyto tricar, le Ape made in Lyon

Ce Solyto est sans doute un utilitaire léger des plus rares. Il était installé sur un stand du salon du 2 roues de Lyon. Pourquoi ? D’une part parce que le Solyto a été conçu et fabriqué dans la capitale des Gaules, d’autre part parce qu’il est animé par un moteur de moto.

De la moto au tricar Solyto

Avant la seconde guerre mondiale, ce Solyto n’existait pas encore mais les constructeurs de motocyclettes étaient nombreux dans la région lyonnaise, notamment sur l’axe Lyon Saint-Etienne. Parmi eux, New Map s’était lancé dès 1935 dans la construction d’un triporteur, c’est à dire un arrière de moto jusqu’au guidon, mais une roue avant qui cède sa place à une benne entre les deux roues pour transporter tout un tas de choses. Trois ans plus tard, New Map lançait une version plus robuste avec une charge utile de 200 kg.

Après la seconde guerre mondiale, en 1952, la société lyonnaise de tôlerie (d’où le nom de Solyto) présentait ce tricar. De l’autre côté des Alpes, le Piaggio APE sur la base d’un scooter Vespa connaissait déjà un certain succès. L’idée est ici d’utiliser un moteur de moto pour faire un petit utilitaire à trois roues (2 à l’arrière contrairement au triporteur) qui se conduit avec un volant alors que le Piaggio Ape se conduisait avec un guidon comme le scooter dont il était issu.

Le poste de conduite est bâché et le moteur à l'avant

Le poste de conduite est bâché et le moteur à l’avant

Le Solyto en trois carrosseries différentes

Le Solyto est une voiturette avec des portières, un pare-brise, un levier de vitesses sous le volant, des clignotants, deux phares ronds et deux places. Il était proposé en version tôlée, bâchée avec une toile jusqu’au dessus du conducteur ou, comme ici, en carrosserie vitrée dite « camping ». Il proposait une charge utile de 200 kg pour la plus légère des carrosseries, la bâchée, et 150 kg pour celui-ci qui est vitré. La marque de moto NewMap s’arrêta mais la production des Solyto continua à Chassieu à l’est de Lyon. En 1963, elle se poursuivit dans la société de matériel électrique KV puis KVS jusqu’au début des années 1970. Au total, on dénombre une production d’environ 4000 exemplaires de Solyto.

Le chargement du Solyto se fait par les deux portes arrière

Le chargement se fait par les deux portes arrière

D’un point de vue technique, il était animé par un petit moteur 2 temps de 125 cm3. Différentes marques fournissaient sa motorisation Ydral, Ultima, Soctemo, Gnome et Rhône ou encore Solyto eux-mêmes. La consommation restait assez réduite avec 4 litres aux 100, sans doute pas avec les 200 kg de charge utile utilisés tout de même. Sa vitesse maximale avoisinait les 50 km/h. Ce Solyto ne nécessite pas de permis de conduire comme toutes les voiturettes VSP.

Le Solyto se conduit avec un volant et pas un guidon comme le Piaggio Ape

Le Solyto se conduit avec un volant et pas un guidon comme le Piaggio Ape

Charge utile de 150kg pour ce Solyto vitré

Charge utile de 150kg pour ce Solyto vitré

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )