Renault Estafette, la fête des 60 ans

Renault Estafette, la fête des 60 ans

Née en 1959, la camionnette Renault Estafette fête cette année ses 60 bougies. Vendue à plus de 500000 exemplaires jusqu’en 1980, l’Estafette succède au Renault 1000kg avec un peu de retard face à une concurrence en plein essor après la guerre.

On profite de cette Renault Estafette 800 vue stationnée au bord d’une route en Bourgogne pour se pencher sur l’histoire de cet incontournable utilitaire Renault.

Porte latérale coulissante et portière avant à charnière sur l'Estafette
Porte latérale coulissante et portière avant à charnière sur l’Estafette

La première Estafette avec le moteur de la Dauphine

Pour situer un peu cet utilitaire léger de la marque Renault dans la chronologie, lorsque l’Estafette arrive sur le marché en 1959, cela fait 11 ans que le Citroën Type H est présent et 9 ans que le Peugeot D3 puis D4 dit nez de cochon sont là. Comme ses concurrents français, la Renault Estafette emprunte à la gamme de véhicules particuliers de nombreux éléments. Pour la première fois chez la marque au losange, c’est un châssis monocoque avec le moteur à l’avant et une transmission aux roues avant (donc traction) pour un véhicule professionnel. C’est la première camionnette Renault qui ressemble aux camionnettes qu’on connait actuellement. Le Renault 1000 kg évoque davantage un petit camion et faisait trop ancien face aux récents Type H et D3.

Sur ce côté éclairé on voit l'emplacement des vitres pour la version Alouette
Sur ce côté éclairé on voit l’emplacement des vitres pour la version Alouette

Rapidement, le moteur 4 cylindres 845 cm3 de la Dauphine cède la place à celui de la R8 plus puissant avec ses 1108 cm3 de cylindrée. On parle toujours de moteurs à essence à cette époque. L’Estafette ne sera pas produite en diesel. Ce gain de puissance permet en 1965 de passer la charge utile à 1000 kg (contre 500/600 au début) et le volume à 7.75 m3 pour faire concurrence à la très populaire camionnette Citroën. En 1968, le moteur de la Renault 12 prend place sous le capot ce qui apporte davantage de couple à notre Estafette.

Bouchon de réservoir dissimulé dans le montant arrière
Bouchon de réservoir dissimulé dans le montant arrière

Une carrière longue et variée pour l’Estafette

L’Estafette est équipée d’une porte latérale coulissante et, comme le H, de trois portes à l’arrière. Deux battantes en bas et un hayon sur toute la largeur au-dessus. Seul le D3 / D4 possède 2 portières comme les camionnettes actuelles. Les portes avant sont différentes : celle du conducteur est coulissante alors que celle du passager s’ouvre avec des charnières comme dans une 4L. L’Estafette est aussi proposée en plancher cabine ou plateau qu’on peut bâcher. On connait beaucoup sa version « Tourer » comme on dit en 2019 qui est vitrée et avec 8 places assises. C’est la célèbre Alouette qui était largement représentée dans les véhicules des forces de l’ordre et qu’on a beaucoup vue au cinéma.

2 portes battantes en bas et une hayon vitré au-dessous à l'arrière de l'Estafette
2 portes battantes en bas et une hayon vitré au-dessous à l’arrière de l’Estafette

Lancée en 1959, l’Estafette quitte le catalogue Renault en 1980 quasiment en même temps que son grand concurrent Citroën après avoir été vendue à plus de 530000 exemplaires en seulement 21 ans de carrière. Alors sachez que si vous voulez une Estafette bien plus rare, la Dacia D6 assemblée en Roumanie ne le fut qu’à un peu plus de 600 exemplaires destinés à la poste Roumaine. Pour Dacia aussi, c’était le premier véhicule utilitaire de la marque. L’Estafette céda sa place au Renault Trafic dès 1980.

Ouverture de la porte coulissante pour le conducteur
Ouverture de la porte coulissante pour le conducteur
Renault Estafette 800 comme 800 kg utile
Renault Estafette 800 comme 800 kg utile
La porte latérale permet de livrer le long d'un trottoir comme ici
La porte latérale permet de livrer le long d’un trottoir comme ici
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )