Essai Volkswagen Transporter T6.1 TDI 198 ch DSG7

Essai Volkswagen Transporter T6.1 TDI 198 ch DSG7

Le Transporter de Volkswagen évolue et c’est à chaque fois un événement vue l’importance de ce fourgon dans les ventes et les esprits. Cet essai du Volkswagen Transporter T6.1 TDI 198 ch porte sur la version cabine approfondie avec la boîte DSG. Pour la première fois, le Transporter s’offre une virgule dans sa génération en passant du T6 au T6.1. Dans un précédent article, notre essai du Volkswagen Transporter T6.1, ce fourgon était en boîte manuelle et simple cabine, c’est-à-dire le fourgon standard tôlé blanc. Celui-ci est toujours en version tôlée mais avec une cabine approfondie fixe pour accueillir 6 personnes et la transmission est confiée à une boîte automatique à 7 rapports, la DSG7.

Essai du Volkswagen Transporter T6.1 DSG, la douceur

La Transporter 6.1 accueille désormais une direction électromécanique qui permet d’offrir de très nombreuses aides à la conduite notamment avec une remorque, on y reviendra. Cet essai du VW Transporter 6.1 montre en tous cas que cette nouvelle direction est imperceptible. Il est ici animé par le moteur 2 litres biturbo de 198 chevaux qui ne manque pas de ressources surtout lorsqu’on roule à vide comme ici même si la cabine approfondie fixe ajoute du poids. La puissance et le couple ne sont pas du tout incompatibles avec une douceur de conduite pour préserver la marchandise. Pièces montées, plats préparés, bouquets et ornements arriveront en excellents états si vous êtes précautionneux.

Le gros plus à la conduite est la boîte DSG7, à 7 rapports donc, qui équipe notre Transporter. Le moteur est puissant et la boîte ajoute un confort inégalé, d’autant plus que la version avec la boîte mécanique se montrait un poil rugueuse dans notre précédent essai. Le binôme TDI 198 chevaux et boite DSG s’accorde très bien pour allier confort et efficacité. Rappelons tout de même qu’avec ce second rang de sièges, on peut transporter 6 personnes en plus d’un chargement conséquent. La puissance est là, un peu de confort ne fait pas de mal avec cette charge potentielle. Ce moteur TDI de 198 chevaux est le seul de la gamme en biturbo, un système qui permet d’être disponible à tous les régimes comme on le constate à la conduite. La DSG7 ajoute des passages de rapports discrets pour une conduite dynamique mais toujours en souplesse.

La boite DSG7 apporte un agrément et un confort exceptionnels

La boîte DSG7 apporte un agrément et un confort exceptionnels

Tout change avec le T6.1, c’est à l’intérieur que ça se passe

L’arrivée de la virgule dans le numéro de génération du Transporter indique d’une certaine façon que les plus gros changements sont à l’intérieur. En effet, le dessin du VW Transporter ne change pas. Il faut dire que le T6 est arrivé il y a seulement 4 ans pour un véhicule qui se voit renouveler tous les 10 ans minimum. Il y a de petits changements esthétiques sur la calandre et les optiques, avant et arrière, mais en gros c’est tout pour l’extérieur. Le plus important est l’intérieur qui s’approche de plus en plus de ce qu’on trouve dans une voiture pour s’éloigner du fourgon pur et dur. Nos lombaires et nuques sont d’avance ravies de cette attention.

Du fourgon, il y a tout de même des aspects pratiques avec le coffre sous la banquette qui peut se fermer à clé, la possibilité de rabattre le dossier de la banquette pour obtenir de l’espace plat dans le prolongement de la 2e rangée, et d’autres choses encore. C’est à l’intérieur que les évolutions sont nettement visibles. La planche de bord a été redessinée. On retrouve les commandes, les nombreuses aérations, les rangements pas très grands mais astucieusement disposés un peu partout et enfin le volant qu’on connait sur des véhicules particuliers de la marque. La préhension du volant est très agréable par exemple. L’accueil à bord est réussi.

Le rang 2 et le dossier de la banquette avant replié

Le rang 2 et le dossier de la banquette avant replié

Evolution très technologique pour le Transporter T6.1

Et puis il y a l’arrivée des équipements électroniques à foison pour le confort et la sécurité. C’est là qu’on peut véritablement parler de mise à jour comme on le fait sur son smartphone nous explique la marque. L’électronique se déploie pour le confort comme le système de navigation qui peut accueillir un écran de 9,2 pouces (le nôtre est un 8 pouces déjà très lisible), l’appel d’urgence au-dessus de notre tête dans le combiné de pavillon, la recharge de smartphone par induction, l’aide au stationnement automatique, etc.

La sécurité n’est pas oubliée avec le système contre les vents latéraux, généralement seulement présent sur de plus gros fourgons, l’aide au maintien dans la voie, l’aide pour sortir d’un stationnement sans visibilité, la protection latérale lorsqu’on passe dans des endroits exigus, et sans doute le plus intéressant pour beaucoup d’entre nous, l’aide aux manoeuvres avec une remorque qui évitera de dételer lorsqu’on ne la voit pas dans les rétros. C’est sans doute l’aide la plus appréciable pour tracter un compresseur ou une bétonnière.

Aide à la manoeuvre dans notre VW Transporter

Aide à la manoeuvre dans notre VW Transporter

Bilan de notre essai du Transporter T6.1 DSG7 de 198 ch

Ce qui change sur tous les T6.1 ce n’est pas tant le design extérieur que l’intérieur. L’accueil à bord est totalement revu avec une ergonomie très réussie bien plus proche de ce qu’on trouve dans une voiture. On gagne en agrément et donc en fatigue au volant pour ceux qui y passent leur journée. Le confort est donc très réussi pour le conducteur. Et puis il y a l’arrivée de nombreuses aides électroniques pour la sécurité. Les deux plus pertinentes viennent du segment supérieur, le Crafter chez VW, avec la gestion des coups de vents latéraux et l’aide aux manoeuvres avec une remorque. Une aide indispensable lorsqu’elle n’est pas visible dans les rétroviseurs qui vous évitera de devoir la dételer. Et puis il y a tout l’électronique à bord qui fait de ce Transporter un bureau mobile. Le T6.1 est présenté comme une grosse mise à jour par VW, c’est le cas et on y gagne beaucoup en agrément comme en sécurité. Le nôtre, équipé d’une boite DSG7 et du moteur biturbo de 198 chevaux, ajoute d’excellentes performances à la conduite, alliées à une grande douceur pour ne pas malmener le chargement. Ce binôme est certes le plus onéreux mais le plus convaincant aussi.

On aime

  • Le peps et la douceur du couple TDI 198 ch et DSG7
  • L’arrivée de nombreuses aides électroniques
  • L’ergonomie à bord et la préhension du volant

On aime moins

  • La multitude de rangements, mais souvent un peu petits
  • Le design extérieur qui change vraiment trop peu
  • Absence de palettes au volant

Photos de notre essai Volkswagen Transporter T6.1 TDI 198 ch DSG7

Vue sur les sièges du rang 2 pour 3 passagers de plus

Vue sur les sièges du rang 2 pour 3 passagers de plus

Tableau de bord du Transporter T6.1

Tableau de bord du Transporter T6.1

Sous le capot, le moteur 2 litres biturbo de 198 chevaux et la boite DSG7

Sous le capot, le moteur 2 litres biturbo de 198 chevaux et la boîte DSG7

Préchauffage de la cabine toujours agréable dans les régions froides

Préchauffage de la cabine toujours agréable dans les régions froides

Sous la banquette, un coffre en deux parties qui ferme à clé

Sous la banquette, un coffre en deux parties qui ferme à clé

Le rang 2 est confortable sur le Transporter T6.1 en cabine approfondie

Ouverture du Transporter avec un hayon, il existe aussi avec 2 portières

Ouverture du Transporter avec un hayon, il existe aussi avec 2 portières

Ouverture de la porte latérale coulissante, il n'y en a qu'une sur notre Transporter en essai

Ouverture de la porte latérale coulissante, il n’y en a qu’une sur notre Transporter en essai

Le plein de gasoil et d'AdBlue se fait du même côté

Le plein de gasoil et d’AdBlue se fait du même côté

Le dossier de la banquette se rabat et est parfaitement plat

Le dossier de la banquette se rabat et est parfaitement plat

Le design extérieur du Transporter T6.1 change peu par rapport au T6

Le design extérieur du Transporter T6.1 change peu par rapport au T6

La tablette dans le dossier de la banquette reste peu fonctionnelle par sa taille

La tablette dans le dossier de la banquette reste peu fonctionnelle par sa taille

L'espace de chargement du Transporter en cabine approfondie avec les crochets d'arrimage

L’espace de chargement du Transporter en cabine approfondie avec les crochets d’arrimage

Eclairage à LED dans le Transporter

Eclairage à LED dans le Transporter

Cloison de séparation entre l'espace de chargement et le rang 2 de la cabine approfondie

Cloison de séparation entre l’espace de chargement et le rang 2 de la cabine approfondie

La calandre et les optiques évoluent sur le Volkswagen Transporter T6.1

La calandre et les optiques évoluent sur le Volkswagen Transporter T6.1

TAGS

COMMENTS

Wordpress (2)
  • comment-avatar

    […] la version 6.1, une vraie mis-à-jour pour tous les T6. Si vous n’avez pas le temps de lire notre essai du Transporter T6.1 DSG, voici les points clés à retenir sur ce nouveau fourgon […]

  • comment-avatar

    […] de notre essai du fourgon Volkswagen Transporter T6.1 tôlé TDI 150 chevaux ou de son frère, le Transporter T6.1 en cabine approfondie TDI 198 avec la boite DSG, nous avions vu que les changements ne portent pas sur la cellule de chargement. Ce qui change […]

  • Disqus ( )