Essai Opel Movano 2.3 BiTurbo 180 ch traction

Essai Opel Movano 2.3 BiTurbo 180 ch traction

Ce fourgon Opel Movano 2019 profite des évolutions du Renault Master qui arrive à la rentrée 2019. Cet essai porte sur une longue version du Movano en L3H2 avec cette puissante motorisation en traction.

Le fourgon Opel Movano existe également en propulsion comme le Renault Master dCi 165 essayé précédemment. C’est ici un essai du Movano en traction et non en propulsion ce qui présente quelques avantages ou inconvénients selon ce que vous cherchez. En dehors de la motricité, même si traction et propulsion offrent le même volume, l’espace de chargement n’est pas identique. Dans ce traction, les roues ne sont pas au milieu de cet espace mais complètement à l’arrière. Le seuil de chargement est plus bas que sur la version propulsion, il n’y a d’ailleurs pas de marche-pied pour accéder au fourgon par l’arrière. Il y a moins de porte-à-faux arrière mais un empattement bien plus long.

Intérieur du Movano totalement revu

Cet Opel Movano change peu à l’extérieur si ce n’est sur la calandre avec les deux ailes chromées de part et d’autre du logo Blitz, prolongées par les feux diurnes à LED. Ce Movano 2019 garde les boucliers et les optiques verticales contrairement au Master dont il est issu. La grande évolution est à l’intérieur avec les équipements et l’ergonomie qu’on avait découverts dans son cousin de la marque au losange. A bord, on trouve donc tout le nécessaire à faciliter le quotidien au travail. Pour le conducteur, il y a le support pour son smartphone suffisamment grand et bien placé. L’écran tactile avec la connectivité et la navigation par exemple est placé en hauteur pour être parfaitement lisible sans trop devoir détourner les yeux de la route.

Volant sans fioriture et placement de l'écran en hauteur

Volant sans fioriture et placement de l’écran en hauteur

Et puis il y a cette fameuse tablette qu’ont déploie du côté passager d’une simple pression juste à côté du porte gobelet. Oui c’est destiné au passager et très loin du conducteur qui devra donc changer de place pour travailler lorsqu’il est seul à bord, mais on y met un ordinateur portable sans souci. Cet espace de bureau est vraiment pratique à l’usage si vous travaillez souvent sur un ordinateur sur le terrain. Certes ce plateau n’est pas anti dérapant mais en revanche, il se lave facilement. Sinon, lorsqu’on a besoin d’avoir des papiers sous le coude, c’est la cas de le dire, sans quitter le volant il y a la tablette au dos du dossier de la banquette. L’ensemble est fonctionnel et visiblement robuste.

Tablette escamotable pour travailler sur on ordinateur portable

Tablette escamotable pour travailler sur on ordinateur portable

180 chevaux pour la vivacité, toujours

Le moteur bi turbo de 180 chevaux est la plus puissant proposé sous le capot du Movano. Il coiffe le 165 chevaux qui pour sa part est le coeur de gamme chez Opel. Le 4 cylindres de notre Movano est associé à une boite manuelle à 6 rapports. La sélection est agréable et la motorisation toujours disponible, parfois un peu trop. Celui qui a le pied lourd aura du mal à avoir des démarrages en souplesse pour préserver la marchandise. En revanche, cette puissance permet de ne pas trop solliciter le moteur et de profiter de son insonorisation plutôt réussie. Le fait d’être en traction augmente le rayon de braquage, un détail qu’on mesure mieux avec ce fourgon en longueur L3. Et puis il y a l’empattement nettement plus grand que sur le L3 en propulsion qui implique des trajectoires différentes dans les endroits serrés mais le porte-à-faux réduit sera par contre un atout dans les épingles à cheveux de montagne.

Opel Movano en L3 avec le long empattement et le petit porte-à-faux

Opel Movano en L3 avec le long empattement et le petit porte-à-faux

Une chose est certaine au volant de ce Movano, dont le châssis reste inchangé, on est assez proche de ce qu’on peut ressentir dans un gros SUV avec cette nouvelle ergonomie intérieure. Cette transmission traction compte aussi dans ce sentiment même si bien sûr le gabarit nous rappelle à l’ordre rapidement. Quoi qu’il en soit, l’agrément de conduite est très réussi dans cet utilitaire Opel qui bien qu’étant éloigné de l’univers du VP offre une prise en mains aisée. Oui cela reste un camion, mais au fil des générations on le ressent de moins en moins tout en préservant les aspects utilitaires.

Bilan de notre essai Opel Movano 180 chevaux traction

Ce moteur est le plus puissant de la gamme Opel. Avec ses 2 turbos, il répond présent quel que soit le régime de conduite. L’ergonomie au volant et la transmission traction ajoutent à la sensation d’une prise en mains facile malgré le gabarit de cet utilitaire L3H2. L’empattement très long sur ce L3 traction oblige à penser aux trajectoires mais le porte-à-faux plus court qu’un propulsion est un atout dans le relief. La conduite est différente de ce que propose le Movano en propulsion. On note aussi que l’emplacement des passages de roues n’est pas le même entre la propulsion et la traction.

Ce qui apporte un vrai changement c’est le poste de conduite franchement modernisé. La prise en mains s’éloigne de l’univers des camions. De nombreux rangements sont disponibles dans l’habitacle même si la plupart sont accessibles uniquement pour les passagers. Et puis il y a ce bureau mobile avec l’équipement au dos du dossier de la banquette comme dans beaucoup de VU, mais surtout la tablette escamotable pour travailler sur son ordinateur portable. Si vous faites des relevés terrain ou des documents directement sur vos chantiers, cet espace de bureau sera bien mieux que vos genoux. Le seul regret est que le design extérieur du Movano se modernise peu, mais pour le reste, les améliorations apportées sont pratiques et utiles, c’est le plus important.

On aime

  • L’agrément de conduite amélioré
  • L’ergonomie générale réussie
  • Ce moteur puissant toujours disponible

On aime moins

  • Le levier de frein à main à l’étroit
  • Le très long empattement
  • Le design qui évolue peu

Essai Opel Movano 180 ch, les photos

Vue sur le vide poche géant sous la tablette rangée dans son emplacement

Vue sur le vide poche géant sous la tablette rangée dans son emplacement

Tableau de bord avec l'alerte de franchissement de voie désactivée

Tableau de bord avec l’alerte de franchissement de voie désactivée

Sièges pour 3 dans ce Movano simple cabine

Sièges pour 3 dans ce Movano simple cabine

Nouvelle planche de bord de l'Opel Movano

Nouvelle planche de bord de l’Opel Movano

Nouvelle calandre avec le chrome et les feux diurnes à LED

Nouvelle calandre avec le chrome et les feux diurnes à LED

Grand vide-poche et porte gobelet sur Movano

Grand vide-poche et porte gobelet sur Movano

Climatisation automatique dans ce Movano L3H2

Climatisation automatique dans ce Movano L3H2

Crochets d'arrimage de série, il y en a 8 dans le L3

Crochets d’arrimage de série, il y en a 8 dans le L3

Ecran au-dessus des boutons de motricité sur terrain meuble, start / stop et mode éco

Ecran au-dessus des boutons de motricité sur terrain meuble, start / stop et mode éco

Espace de chargement avec les passages de roues à l'arrière dans le Movano traction

Espace de chargement avec les passages de roues à l’arrière dans le Movano traction

TAGS

COMMENTS

Wordpress (3)
  • comment-avatar
    Greg 1 mois

    Bonjour et merci pour cet article. Je trouve inepte la graduation à 7’000 tr/min. du compte tour pour un moteur qui ne doit pas dépasser 4’500 tr/min., idem pour la graduation du compteur de vitesse à 210 km/h. alors que les pneus seront au maximum homologués en T (190 km/h.).
    N’eût-il pas mieux valu améliorer la lisibilité des compteurs ?

    • comment-avatar

      c’est vrai que la lisibilité n’est pas terrible, ça va mais cela pourrait être mieux en 2019 tout-à-fait

  • comment-avatar

    […] ses cousins du groupe PSA, comme le Combo Cargo avant lui, ce qui n’est par contre pas le cas du nouveau Movano qui reste avec Renault pour l’instant. Le point fort de cette 3e génération de Vivaro est […]

  • Disqus ( )