MobiFleet Leasing, pour louer votre petite flotte Mercedes Benz

MobiFleet Leasing, pour louer votre petite flotte Mercedes Benz

Mercedes Benz Vans accélère sur la LLD avec MobiFleet Leasing qui permet de louer sa flotte d’utilitaire de façon flexible même lorsqu’on a que 5 fourgons par exemple, en se substituant à un gestionnaire de flotte externe.

MobiFleet Leasing pour ses utilitaires Mercedes Benz, qu’est ce que c’est ?

Ce que propose Mercedes Benz avec MobiFleet Leasing concerne les parcs de 5 à 100 utilitaires, donc des petites et moyennes flottes : là où il devient compliqué de se passer d’un gestionnaire de parc externe, et où n’a pas besoin d’un gestionnaire de parc interne. Vos VU ne peuvent être carrossés que sur la base de fourgon, caisse ou benne pour l’instant. On parle de durées allant de 18 à 72 mois, pour des kilométrages entre 10000 et 300000 kilomètres avec un remboursement des kilomètres non parcourus.

L’autre intérêt est qu’on peut avoir un nombre d’avenants illimité pendant la période du LLD comme peut le faire un vrai gestionnaire de parc, tout simplement parce qu’on s’aperçoit qu’on n’ utilise pas sa flotte de VU comme on l’imaginait. Cela peut inclure tout un tas de choses dont l’entretien, les pièces d’usure, l’assistance, le véhicule de prêt, carburant, télépéage, etc. Pour les aménagements, on peut avoir des choses courantes comme le hayon ou l’intérieur bois ou des demandes plus spécifiques. L’intérêt est que tout ce que propose Mercedes Benz en termes de VU peut entrer dans le cadre de la LLD.

Cette nouvelle offre de LLD vient en complément des autres financements possibles comme le crédit bail ou la LOA par exemple. Et surtout, cela concerne les petites flottes, Mercedes Benz et MobiFleet Leasing parlent d’un parc de 5 véhicules.

5 questions à Stéphane Renault, le directeur marketing des VU Mercedes Benz

Des questions sur le marché du VU, l’électrique et l’arrivée de cette offre LLD.

Comment se porte le marché du VU après ces 2 mois de confinement ?

Stéphane Renault : Alors, pour nous, la situation après un arrêt quasi total des commandes sur le mois d’avril, la reprise à l’ouverture du mois de mai à partir du 11 a plutôt bien fonctionné. On se demandait pendant la période de confinement si on allait vivre une courbe en V, une courbe en U et quelle allait être la taille du U à sa base, au final, on est sur une courbe en V pour le moment, on voit les clients revenir avec un très bon niveau de prise de commandes. Cela ne rattrape pas le retard pris mais c’est un très bon niveau de commandes.

Il y a des incitations pour passer à l’électrique, est-ce qu’on le ressent sur le VU ?

Stéphane Renault : On cote de plus en plus, on a de plus en plus de demandes, c’est en croissance, on s’était vu l’année dernière lors de la présentation du eVito très en amont de la commercialisation qui a eu lieu en septembre, on a des commandes, on voit que ça intéresse de plus en plus les clients. Il y a une prise de conscience pour eux des enjeux de la fermeture des villes, donc il y a une nécessité de se préparer à ça. On n’est pas aujourd’hui dans des logiques de remplacement de flotte thermique par de l’électrique mais d’une partie de la flotte en électrique, notamment sous la pression de certains chargeurs ou certains clients qui disent « il faut que vous alliez vous équiper en électrique parce que j’ai besoin que mes colis soient livrés en électrique », donc on a pas mal de demandes mais ça reste encore une petite partie de l’histoire, mais la dynamique s’enclenche.

Mercedes eVito au freinage
Mercedes eVito disponible en LLD

Sur l’utilitaire, toutes les aides, peu ou prou, existant déjà depuis le début de l’année 2020 donc il n’y a pas eu d’évolution ou d’incitations supplémentaires, donc pas d’accélération. On n’a pas vu encore les choses mais on a de plus en plus de gens qui nous sollicitent notamment avec l’arrivée du Sprinter électrique dont la commercialisation vient de commencer. Les expressistes sont particulièrement intéressés par ce modèle-là. D’ailleurs les premières livraisons sont pour eux, on en a fait beaucoup en Allemagne avec DPD, Hermès, des gens qui travaillent sur la livraison du dernier kilomètre.

Et la LLD, c’est vraiment nouveau pour Mercedes Benz utilitaire

Stéphane Renault : Oui, c’est important dans la logique de conquérir des clients auxquels on ne savait pas apporter de réponse, ou en tous cas pas directement, on apportait la réponse par des partenaires leaser extérieurs qui eux rencontrent souvent des difficultés pour vendre du Mercedes de par notre origine un peu camion, dans la manière de structurer nos appellations par rapport aux généralistes français ou importateurs, ils ont toujours du mal à se retrouver dans notre offre. Trop compliqué, trop technique, trop d’options, etc. donc la limite qu’on rencontrait lorsqu’il s’agissait de LLD, c’était la capacité de nos partenaires à mettre en avant notre offre.

On veut rester un spécialiste capable de répondre aux besoins les plus pointus, mais cette logique de simplification de l’offre, on l’a déjà par la restructuration de nos offres de lignes et de packs qu’on a fait sur le Vito au moment du lancement du Facelift et qu’on vient de lancer sur le Sprinter. Donc, on a vraiment réorganisé notre offre avec une ligne First, une ligne Pro et une ligne Select pour vraiment les hauts de gamme, plus des packs qui incluent des options, pack Techno, pack Confort, etc. qui permettent au client de s’y retrouver un peu plus facilement. Donc on ne pousse pas dans le cas de la LLD des produits en particulier, on essaie de rendre lisible notre structure de gamme, c’est un de nos objectifs.

Dans la LLD, toutes les carrosseries seront proposées ?

Stéphane Renault : Ce sera du fourgon, de la caisse, de la benne, mais le frigo est plus technique et ne rentre pas dans la LLD parce qu’il y a des prestations très particulières qu’on n’est pas forcément en mesure de faire. Après, s’il s’agit d’une dépanneuse, on sera en mesure de le faire mais cela reste des niches, les gros marchés restent le froid, le transport sec et puis la benne. Sur le froid, on n’est pas prêt pour le moment, sur les 2 autres on sera présent avec notre offre LLD.

C’est en cours de déploiement. Aujourd’hui, c’est proposé chez 80 distributeurs dans la France. On a une centaine de distributeurs en France donc c’est quasiment toute la France. Mais l’ensemble des vendeurs du réseau Mercedes aura ce produit-là en portefeuille.

Mercedes Benz vise les petites flottes avec cette nouvelle LLD ?

Stéphane Renault : Les clients que ça peut intéresser, sont ceux qui commencent à avoir une taille qui rend un peu plus compliqué la gestion d’un parc, qui ont besoin d’accompagnement et d’outils flexibles et pas encore le temps de bien le gérer en interne avec des équipes de gestionnaires de parc ou autre. Donc l’idée, c’est de les accompagner sur cette partie-là. Dès qu’il y a quelques véhicules, ça commence à être intéressant jusqu’à une petite centaine de véhicules, après, ce sont de grosses flottes. Entre 5 et 50 véhicules, il y a un potentiel.

TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )